Economie

Zéro chômage

 

Territoires zéro chômage : l'exemple de Jouques
Révolution industrielle

Après l'invention de la machine à vapeur, des millions de paysans se sont retrouvés sans travail.

Robots

Avec tous ces robots en action, où sont passés les salariés ?

Le gouvernement cherches des solutions pour faire baisser le chômage. Parmi les pistes lancées récemment par le gouvernement, l'opération territoires zéro chômage.
Dix territoires ont été retenus  : Nord (Métropole Européenne de Lille), Meurthe-et-Moselle (Communauté de communes Pays de Colombey et du Sud Toulois), Paris (13 ème), Calvados (Colombelles), Ille-et_Vilaine (Pipriac et Saint-Ganton), Nièvre (Communauté de communes entre Nièvres et Forêts), Rhône (Villeurbanne), Deux-Sèvres (Mauléon), Puy-de-Dôme (Thiers) et les Bouches-du-Rhône (Joucques).
La commune de Jouques  dans les Bouches du Rhône : 4 300 habitants, dont 140 chômeurs de longue durée, a fait le pari de trouver du travail aux chômeurs de longue durée.
Le village va expérimenter sa propre solution contre le chômage.
Première étape : dire ce que l'on sait faire et ce que l'on a envie de faire.
Deuxième étape : recenser le travail auprès des agriculteurs, artisans mais sans concurrencer les secteurs privé et public.
Création d’une entreprise à but d’emploi, les chômeurs de longue durée seront embauchés en CDI.
Quelles seront les domaines d’activités de l’entreprise.
Activités agroforestière (débrousaillage), multi-services, valorisation du patrimoine, ressourcerie (recyclage d’objets, protection de l’environnement).

François Hollande voulait inverser la courbe du chômage.
Avec la politique qu’il a mené, cette inversion ne pouvait être qu’un leurre dont il a finalement été la victime. Il a cru que baisser le coût du travail pouvait créer des emplois. En fait vous pouvez exonérer les entreprises de toutes les charges que vous voulez, elles n'embaucheront que si elles ont des commandes.
La baisse des charges sociales a été pour elles une aubaine pour remettre à flot leur trésorerie, mais c’est une catastrophe à long terme pour les salariés, retraités, et autres catégories de la population. Moins les patrons paieront de charges sociales et moins notre système de santé sera garanti.
Nous avons bien vu qu'en 4 ans les baisses de charges des entreprises n'ont pas eu le résultat escompté (40 milliard de baisses de charges contre l’embauche de un million de salariés) il y a eut au contraire une augmentation des demandeurs d’emploi.
En fait le chômage ne fera qu'augmenter et c'est inéluctable. Prenons l'apparition de la mécanisation aux siècles précédents, en mettant au point la machine à vapeur, James Watt a bouleversé la physionomie du paysage et le rapport de l'homme au travail.

Demain, en fait aujourd’hui, les robots remplaceront les hommes et seront de plus en plus sollicités (voir la baisse des effectifs dans l’automobile par exemple). On parle même aujourd’hui, en lieu et place du plein emploi, de travailler en temps partiel. Si notre salaire sera calculé en fonction du temps effectif de travail, alors nous seront sous-payés sauf, s'il est revalorisé en conséquence.
Les charges sociales sont versé par l'entreprise pour la protection de notre santé. Elles permettent de nous soigner en cas de maladie ou d’accident. Les hôpitaux, dispensaires, maisons de retraite, etc... et tous les équipements nécessaires sont financés par ces charges sociales. Les médecins, infirmières et autres professionnels de santé sont rémunérés grâce à ces charges sociales. Toutes ces charges sont nécessaires pour assurer la bonne santé de la population.. Baisser ces charges non seulement favorise les déserts médicaux, mais diminue les moyens attribués aux recherches médicales.
En fait il faudra transformer la société afin que les hommes puissent profiter du progrès, des sciences et des techniques. Pour l’instant c’est surtout les capitaines d’industrie et des finances qui s’en sortent  le mieux.
Est-il concevable que le PDG de Renault, Carlos Ghosn puisse récupérer plus de 6 millions en stock-options, en plus de son salaire annuel qui se monte à plus de trois millions d’€ en 2015 ?

Il n’est pas le seul à bénéficier de toutes les largesses autorisé par le système politique.

Le système économique actuel a pour but de produire toujours plus avec moins de dépenses et de charges. Avec la robotisation il va pouvoir produire plus avec moins de personnel. Là,  la société basée sur cette économie ne peux tenir. Supposons que les usines produisent à plein rendement, qui pourra acheter les biens produits si plus personne ne travaille.